window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'UA-10249691-23'); class="post-template-default single single-post postid-2393 single-format-standard custom-background wp-custom-logo">

12 dialogues avec des chefs et artisans pour découvrir la nature: La Via Selvatica

La Via Selvatica c’est désormais un rendez-vous consolidé pour ceux qui connaissent l’histoire et les projets de Famille Ceretto. Un long voyage, un rendez-vous par mois dans lequel les morceaux de la partie la plus naturelle, honnête et véridique sont recomposés l’âme sauvage du monde. Le projet, organisé par Matteo Caccia et proposé par la famille Ceretto, se compose de 12 dialogues qui font ressortir les expériences profondes des protagonistes. Un parcours articulé, qui explore la nature sauvage et authentique, ses règles immuables, sa capacité obstinée à se répéter, sa recherche d’une harmonie perdue, un équilibre vertueux dans lequel l’homme est capable d’interagir avec respect dans le conscience que le véritable protagoniste est notre patrie.

La nature a toujours été un élément important pour la famille Ceretto et entre Barbaresco et Barolo, la recherche de terres et de vignobles par Marcello Ceretto a commencé il y a de nombreuses années. Protection, valorisation, amour pour ces terres ont conduit à une prise en compte de plus en plus large du paysage agricole des Langhe et à la production de grands vins rouges et blancs tels que Langhe DOC, Arneis Blangé, Langhe Bianco DOC Monsordo Bianco, Dolcetto d’Alba DOC Rossana , Barbera d’Alba DOC Piana, Nebbiolo d’Alba DOC Bernardina, Langhe Rosso DOC Monsordo Rosso, Barolo Chinato, jusqu’à Barolo DOCG et Barbaresco DOCG

Et toujours ici, dans ces terres spéciales, il y a le potager du restaurant Piazza Duomo à Alba qui exprime la passion du monde végétal du chef 3 étoiles Michelin Enrico Crippa, qui dans le Domaine Monsordo Bernardina dei Ceretto il cultive et puise des matières premières pour les menus de son restaurant dans le centre historique de la ville piémontaise. Né de la vision commune d’Enrico Crippa et de la famille Ceretto, le jardin comprend une serre de culture et une parcelle, où le chef se rend personnellement chaque jour pour sélectionner et récolter des légumes, des herbes et des fleurs.

Ce n’est absolument pas un hasard si le chef étoilé Ana Roche a emprisonné une partie d’un dialogue de la Via Selvatica intitulée Matières premières brutes, dans laquelle la chef raconte sa vie, l’histoire du restaurant tenu avec son partenaire Valter et le choix de devenir chef. «Au cœur des vallées slovènes, Ana Roš a transformé un restaurant pour les camionneurs de passage en une destination à atteindre pour goûter le goût et l’âme sauvage d’une terre et de ses habitants. Des fleurs sauvages à la truite marbrée de l’Isonzo ». Le lien avec la terre et les traditions unit Ana Roš à la famille Ceretto. «Quand j’étais enfant, toute l’entreprise a déménagé à la vigne pour les vendanges. La grand-mère préparait le déjeuner pour tout le monde et j’aimais bien conduire le tracteur et à chaque instant je voulais faire quelque chose », dit-il Alessandro Ceretto, fils de Marcello, troisième génération à la tête du groupe avec sa sœur Lisa et ses cousins ​​Federico et Roberta.

Les rendez-vous de la Via Selvatica

Le cadre de ces dialogues sera les lieux intacts et authentiques des territoires du Ceretto, des vignobles au restaurant Piazza Duomo, de la chapelle Barolo à la maison de l’artiste, en passant par les caves du Monsordo Bernardina et du domaine Bricco Rocche. Avec La voie sauvage un funambule, un architecte paysagiste, un lupologue, un coach sportif, un musicien, mais aussi un chef cuisinier, un météorologue, un écrivain, un historien, un navigateur, un sémiologue et un explorateur, dans un voyage d’un an, vous dévoileront l’essence la plus authentique de l’homme, nécessaire pour pouvoir à nouveau écouter la nature et vivre en équilibre avec lui.

  • 12 janvier: Emilio Previtali, explorateur. Le côté caché et sauvage de chacun; de Nanga Parbat aux collines derrière la maison. L’exploration a à voir avec la libération de l’instinct de découverte.
  • 12 février: Ambrogio Beccaria, navigateur. Tempêtes et calme; au milieu de l’eau et du vent. Naviguez sur les mers du monde tout en restant proche de la partie la plus sauvage de vous-même.
  • 12 mars: Luca Mercalli, météorologue. La fureur et la douceur du climat; nous sommes habitués à vivre dans un seul microclimat constant: chauffé en hiver. Rafraîchie l’été. Mais le climat change et cela nous obligera à être plus honnêtes avec nous-mêmes et avec lui.
  • 12 avril: Mia Canestrini, lupologue. Le retour des loups; les loups sont de retour, ou peut-être ne sont-ils jamais partis. Nous l’avons réalisé lorsque nous, les hommes, avons commencé à nous désintéresser, laissant les espaces que les loups avaient récupérés libres et intacts.
  • 12 mai: Nadia Terranova, écrivain. L’écriture sauvage, de Pavese à… L’écriture est un geste solitaire et sauvage qui doit briser les règles de la modestie civique pour libérer son énergie. Ecrire, ce n’est pas être domestique.
  • 12 juin: Franco Cardini, historien. Le territoire et son histoire; L’histoire nous apprend-elle quelque chose? L’histoire des religions nous dit-elle qui nous sommes? Apprivoiser le passé pour comprendre un présent qui nous échappe souvent.
  • 12 juillet: Tommy Kuti, musicien. Musique sauvage; Rap, musique de banlieue, la voix de ceux qui n’avaient pas de voix. Comment les mots ciselés et mis en rimes et en vers libèrent de nouvelles forces chez l’auditeur.
  • 12 septembre: Stefano Bartezzaghi, sémiologiste. Salvatico est celui qui est sauvé (Léonard de Vinci); la langue pousse spontanément en nous, avec ses fruits, ses fleurs, ses ronces, ses poisons. La culture, ou la culture, essaie d’ordonner la forêt sans la déraciner et sans renoncer à l’énergie qui en est à l’origine.

La conclusion du projet aura lieu avec une expérience à 4 mains avec les chefs Ana Roš et Enrico Crippa, engagés à découvrir le côté le plus sauvage de leur cuisine. Les interventions sont transmises et mises en ligne tous les 12 du mois sur le site et à partir de mai 2021, le public pourra enfin assister aux réunions en direct.

Les vidéos d’Agrodolce: Tartelettes complètes à la confiture de myrtilles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *