window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'UA-10249691-23'); class="post-template-default single single-post postid-6325 single-format-standard custom-background wp-custom-logo">

École : professeurs évalués pour leur dévouement à l’enseignement

Le dévouement serait un nouveau critère, prévu par la loi de finances, qui permettra aux enseignants d’avoir une récompense dans leur salaire. Mais comment est-il évalué et comment est-il mesuré ?

Selon Albert Einstein, « l’art suprême de l’enseignant est éveiller la joie de la créativité et de la connaissance« . Certainement pas une tâche facile, qui est rejointe par ce que pensait l’une des voix les plus importantes de la pédagogie italienne et autre, celle de Maria Montessori, qui a soutenu que « le plus grand signe de réussite pour un enseignant est de pouvoir dire : les enfants travaillent comme si je n’existais pas ».

Mais comment comprendre alors si un enseignant réussit dans son travail ? Alors comment le récompenser ? Aujourd’hui, lorsque nous discutons de la manière d’inciter les enseignants, nous pensons nécessairement à une augmentation de leur salaire, considérant également que les enseignants et les enseignants sont parmi les moins payés d’Europe. Cependant, c’est le critère qui a été identifié dans la loi de finances, à savoir le « dévouement de l’enseignant », qu’il s’agit de discuter.

Qu’est-ce que le dévouement des enseignants ?

La définition est contenue dansarticle 108 du texte approuvé par le Conseil des ministres, qui détient le siège car ce sera l’un des trois critères de détermination d’un retoucher les chèques de paie des plus méritants de la faculté italienne. Comme indiqué dans le projet de loi, en effet, des fonds sont alloués «Afin d’améliorer le professionnalisme des enseignants des établissements d’enseignement public, en récompensant d’une manière particulière leur dévouement à l’enseignement. mais qu’est ce que ça veut dire? « Cela ne veut rien dire et en fait nous veillerons à ce que cela soit modifié : c’est une caractéristique non mesurable et inutile pour établir les rémunérations et les primes des enseignants », explique Antonello Giannelli, président de l’Association nationale des directeurs d’école (ANP ).

Comment mesurer la compétence d’un enseignant ?

« C’est un sujet très délicat, car même l’idée de considérer le dévouement de l’enseignant peut être théoriquement plausible, mais difficilement applicable dans la réalité: comment est la performance d’un enseignant ? Il y a quelques années, il avait essayé sondages auprès des étudiants, mais ce n’est certainement pas un critère objectif, tout comme les résultats des élèves et étudiants ne le sont pas, car on sait que de nombreux facteurs entrent en jeu : niveaux de départ de chacun, les contextes scolaires et les différences géographiques qui, dans le cas des zones défavorisées ils ont beaucoup d’influence », a déclaré Carlo Mazzone, professeur de Salerne, parmi les 10 meilleurs finalistes du Prix ​​mondial des enseignants 2020, une sorte de prix Nobel pour les enseignants. « Soit dit en passant, juger les enseignants pour les augmentations de salaire pourrait avoir un effet négatif entre collègues: on peut toujours penser qu’il y a du favoritisme de la part du responsable en charge de l’évaluation, qui peut être vu comme un fournisseur d’avantages, mais ce n’est pas obligatoire. La figure de l’enseignant lui-même doit être valorisée, revalorisée », ajoute Mazzone. Bien sûr, le salaire compte aussi, puisque nos professeurs sont payés moins que la moyenne européenne.

Les autres exigences pour évaluer un enseignant

Quant aux autres paramètres pour pouvoir mesurer la qualité de l’enseignement, le projet de loi fait référence à la mise à jour professionnelle, qui existe déjà, et à « Promotion de la communauté scolaire ». « Dans ce cas aussi, une évaluation est très difficile. Par exemple, l’autre jour j’étais fermé à l’école, il était 18h et il était le seul qui restait à l’école, mais ce n’est pas parce que je passe beaucoup de temps ici qu’on peut dire si je suis bon ou pas. explique Mazzone – Nous exerçons un métier qui demande de l’humanité, de la passion et de l’énergie, il y a un besoin de sérénité et de partage d’intentions, aussi bien avec les étudiants qu’avec les collègues et le manager. Au contraire, à mon avis, différentes interventions sont nécessaires, concernant l’école et la figure des enseignants en général ».

Des directeurs plus présents et moins de cours de poulailler

«Malheureusement, même lorsqu’ils arriveront, les augmentations pour les enseignants se traduiront en fait par quelques centimes. C’est avant tout une reconnaissance symbolique. Au contraire, la question est investir vraiment dans l’école : il y a quelques jours seulement, on parlait pourtant de supprimer la prime de 500 euros pour les enseignants, ce qui est un chiffre ridicule s’il est étalé sur 12 mois. Ce n’est que face à une réaction brutale des enseignants que nous avons fait demi-tour« Dit Mazzone, selon qui il serait utile de changer autre chose : »Il serait plus utile de revenir à un gestionnaire pour chaque plexus, car une présence physique plus constante est nécessaire: dans de nombreux pays à l’étranger, le directeur dirige l’école et enseigne, il a donc une meilleure connaissance des dynamiques concrètes d’enseignement et aussi des autres enseignants, afin de pouvoir récompenser les plus méritants. Et puis il faut réduire le nombre d’élèves par classe. Pour moi, l’idéal c’est 15. Si vous voulez parler d’investissements, je pense que ce sont les priorités », conclut l’enseignante.

Peu d’argent et beaucoup de démotivation

Les fonds alloués par la loi de finances pour renforcer la professionnalisation s’élèvent à 30 millions d’euros pour la période biennale 2020-2021 et pour chaque année, tandis que pour 2022 ils s’élèveront à 240 millions. Mais à quoi serviront-ils ? Financer stages de formation, étoffer l’équipement et l’équipement scolaire (laboratoires, dispositifs, etc.) ou simplement pour augmenter la les salaires? « Les propositions sont nombreuses, mais je pense qu’elles devront être des fonds à la fois pour la formation et pour les augmentations de salaire, puisque les enseignants sont parmi les travailleurs les moins bien payés en Italie. Nul besoin d’aller à l’étranger : les directeurs d’école ont des salaires bien inférieurs à ceux des autres directeurs publics et enseignants que la moyenne des fonctionnaires ministériels. Il faut d’abord égaliser les salaires en Italie, les comparaisons peuvent alors être faites au niveau européen, sinon le personnel restera démotivé » précise Giannelli.