Les aliments transformés et ultra-transformés contiennent une grande quantité d’additifs que nous connaissons à peine

De nombreux additifs sont ajoutés aux produits alimentaires

Il y a beaucoup de additifs alimentaires approuvés par l’Union européenneCependant, avec les conditions actuelles d’étiquetage des produits alimentaires, les consommateurs ne sont pas suffisamment informés. A cela, il faut ajouter que plusieurs de ces substances sont controversées par les études menées dans lesquelles il est souligné qu’elles ont des effets sur la santé. Pour boucler la boucle, certains chercheurs avertissent que nous ingérons un cocktail d’additifs, dont les conséquences peuvent être inconnues.

Les aliments transformés et ultra-transformés contiennent une grande quantité d’additifs que nous connaissons à peine, il est difficile d’identifier clairement leur présence, il est vrai qu’ils doivent être mentionnés dans la liste des ingrédients, mais une autre complication apparaît, celle de les reconnaître et de les identifier. Certaines organisations de consommateurs, comme Foodwatch, préviennent que certains noms de ces additifs sont remplacés, remplaçant la nomenclature communautaire (E et son numéro) par son nom, qui est généralement plus méconnu de la population générale, par exemple le E450 par «diphosphates », Ou E471 pour« Diglycérides mono et acides gras ».

D’autres tactiques que l’industrie alimentaire utilise pour détourner l’attention des consommateurs sur la composition réelle du produit alimentaire qu’il acquiert, c’est la commercialisation de l’emballage, avec laquelle il capte l’attention en réalisant que les consommateurs ne se soucient pas de la composition du produit qu’ils vont acquérir. Les travaux menés par cette organisation de consommateurs allemande ont conduit certaines marques à modifier la formulation de leurs produits, à cesser de recourir au marketing trompeur et à être plus transparente avec le consommateur, mais les succès obtenus sont peu nombreux et représentent le pointe de l’iceberg d’un problème majeur de transparence et d’information.

Le cas est qu’il existe plusieurs additifs alimentaires autorisés par l’UE qui sont controversés pour leurs effets sur la santé, rappelons-nous ce qui s’est passé avec le dioxyde de titane (E171), un colorant sans valeur nutritive et dont la fonction est uniquement de nature esthétique. Ce colorant a fait l’objet de différentes études et les conclusions obtenues indiquent qu’il pourrait provoquer différents problèmes de santé. En ce sens, il vaut la peine de reprendre la lecture de ce post dans lequel nous avons parlé d’une enquête où il était lié aux maladies inflammatoires de l’intestin et au cancer colorectal.

Problèmes de santé dus aux additifs alimentaires

Selon la législation communautaire (CE 1333/2008) sur les additifs alimentaires, la industrie alimentaire il peut utiliser plus de 320 additifs différents dans les produits alimentaires qui élabore. Dans le cas de l’industrie des aliments biologiques, le nombre est réduit à cinquante additifs autorisés, mais parmi l’ensemble, certains sont douteux, comme le E407 (carraghénane) qui ont été associés au risque de cancer, bien que l’EFSA (Agence de sécurité des aliments de l’Union européenne) a estimé à l’époque qu’il n’y avait pas un tel risque. Un autre exemple est le E250 (nitrite de sodium), l’un des deux conservateurs utilisés pour prévenir les infections bactériennes et comme agents améliorant la couleur dans l’industrie de la viande. L’EFSA a noté qu’elle avait été approuvée car elle ne posait pas de risque pour la santé, bien que plusieurs études indiquent le contraire.

L’EFSA évalue périodiquement si un additif peut être utilisé dans les aliments et procède à une réévaluation de ceux déjà approuvés, bien qu’il s’agisse d’un processus très lent et d’une longue liste à analyser. Le plus curieux est qu’en l’absence d’une nouvelle évaluation, le moment venu les additifs reçoivent l’extension du permis d’utilisation sans avoir été soumis à examen, l’excuse de l’agence est le manque de temps, étant un problème grave car il n’est pas certain qu’ils soient inoffensifs ou puissent causer des problèmes de santé.

Pour tout ce qui précède, Foodwatch considère qu’elles doivent être réalisées changements en faveur d’un étiquetage plus transparent des aliments, en plus d’appliquer le principe de précaution aux additifs dans lesquels il peut y avoir des doutes et qui n’ont pas été réévalués, car c’est la meilleure façon de protéger les consommateurs. L’organisation souhaite que l’UE oblige la présence d’additifs à être correctement signalée et empêche l’industrie alimentaire de recourir à certaines tactiques de marketing pour détourner l’attention et induire les consommateurs européens en erreur.

Nous avons parlé de ces demandes à plusieurs reprises, mais la CE ne semble pas surchargée et les plus évidentes, il semble que les intérêts de l’industrie alimentaire l’emportent sur la santé des citoyens européens. Vous pouvez en savoir plus sur la demande faite sur la page officielle de Foodwatch.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *