window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'UA-10249691-23'); class="post-template-default single single-post postid-8896 single-format-standard custom-background wp-custom-logo">

L’étiquette du silence, ou quand se taire est synonyme d’élégance

« Un beau silence n’a jamais été écrit » et l’étiquette nous rappelle que le silence est d’or. Et que c’est l’une des meilleures armes que nous ayons à notre disposition.

Le silence est d’or et l’étiquette nous rappelle qu’il est aussi synonyme d’élégance. Il y a des moments où il n’est pas trop facile pour nous de nous retenir d’avoir notre mot à dire, mais ce sont les mêmes moments où se taire devrait être la réponse.

Le bon ton nous propose un tour d’horizon de « règles » qui, bien qu’elles puissent parfois sembler un peu absurdes, nous guident en réalité vers un comportement plus conscient et respectueux de l’autre. Et que, pour être honnête, ils nous enlèvent la possibilité de nous retrouver dans des moments d’embarras évitables.

N’oublions jamais : éducation et élégance sont des mots que nous devons faire nôtres et en ce sens la étiquette du silence c’est vraiment pratique.

Avis non sollicités

Il est inutile d’en faire le tour, une des situations les plus irritantes est absolument de se retrouver face à quelqu’un qui nous inonde d’avis (évidemment non sollicités) sur n’importe quel domaine de notre vie.

Et si la personne en question était nous ? L’étiquette, comme prévu, est pratique pour un cohabitation civile et au nom d’une bonne éducation, donc dans certains cas il est bien vrai que le silence est d’or et qu’il faut le traiter comme un précieux trésor.

Ce n’est pas que si quelqu’un décide de nous raconter une anecdote ou, pire encore, la raconte à quelqu’un d’autre dans le groupe de personnes dans lequel nous nous trouvons, nous devons nous sentir habilités à donner notre opinion. Si l’ami, le parent ou la connaissance nous le demande expressément, nous ne pouvons être trouvés que prêts et accorde toute notre sagesse. Sinon, mieux vaut se taire.

Il est clair que le même discours est exact dans la situation inverse. Lorsque nous recevons des opinions et des conseils non sollicités, voire irritants et persistants, nous essayons de ne « cédez » pas à une réponse facile à la suite de la colère qui monte en nous. Le silence, dans certains cas, est la meilleure réponse.

Compliments déplacés

Ici, nous pouvons ouvrir une porte gigantesque, ou plutôt une porte massive en bois fabriquée à partir d’un chêne centenaire. S’il y a une chose gênant, évitable et complètement déplacé c’est de se retrouver face à quelqu’un qui fait des clins d’œil et qui dépasse les bornes.

Quelle est cette limite ? Tout simplement celui de décence et une bonne éducation, des choses que souvent – aïe nous – nous voyons inexorablement rares chez ceux qui nous entourent. Il en va de même pour nous, bien sûr : on évite les compliments déplacés, peu importe que ce soit envers un homme ou envers une femme, peu de changements.

Un compliment doit toujours « tomber dans les rangs », être une phrase (ou un mot) visant à valoriser notre interlocuteur, quel que soit notre objectif. On pourrait aussi « essayer », n’est-ce pas ? Il n’y a rien de mal.

Et quand sommes-nous « victimes » de certains compliments lourds et déplacés ? Là aussi le discours change peu : il serait facile de céder à une réaction de agacement et colère (qui n’aurait pas envie de gifler la personne concernée ?), mais il vaut mieux réagir par un silence élégant.

Moments de tension

Nous pouvons nous retrouver au centre d’épisodes pas vraiment désagréables, où nous sommes nous-mêmes les protagonistes de tensions et vraies querelles. Parfois, il s’agit de simples spectateurs, mais dans tous les cas, même ici, l’étiquette du silence est utile. En effet, très utile.

Lorsque la situation « s’échauffe » et que les gros mots fusent, le silence devient la meilleure arme pour ne pas s’en mêler et ne pas se mêler d’une chimère qui cela pourrait nous entraîner plus loin. Si deux amis se disputent, pour ainsi dire, nous devrions avoir une attitude conciliante plutôt que de jeter de la viande sur le feu. Ou s’ils essaient de nous impliquer dans une querelle, la règle du silence s’applique ici aussi : cela ne veut pas dire souffriril suffit de ne pas s’abaisser à des discours creux qui ne sont rien d’autre qu’un gaspillage d’énergie inutile.

Éducation des enfants des autres

Là aussi, on défonce une porte ouverte, comme on dit. Combien de fois vous est-il arrivé – ou peut-être est-il arrivé à un ami ou à une connaissance – de vous entendre accorder des conseils et même des reproches Comment avez-vous décidé d’éduquer vos enfants ? Nous savons qu’il y en a tellement.

Car malheureusement beaucoup de gens ont tendance à se considérer comme détenteurs d’un savoir absolu, péchant avec une présomption qui les rend finalement plutôt ridicules. Mettre sa bouche sur l’éducation des enfants est comme entrer directement dans la maison de quelqu’un d’autre et, bien que ce soit la chose la plus inopportune qu’une mère ou un père puisse subir, il ne faut pas céder à de telles provocations.

Pensent-ils que vous vous trompez ? N’êtes-vous pas une bonne mère? Osent-ils s’arroger le droit de vous dire que vous n’élevez pas bien votre enfant ? Soyez supérieur et jetez une bonne dose de silence élégant sur son visage.

Gestion financière

Après les enfants, l’argent est probablement un autre sujet qui mène tout un gâchis. Ou plutôt, qui intéresse ceux qui aiment habituellement se mêler des faits des autres.

Aucun d’entre nous n’a le droit de dire à quelqu’un d’autre comment il doit gérer ses finances, même si nous croyons vraiment qu’il a tort. C’est peut-être une erreur pour nous, mais pourquoi devrait-il en être de même pour n’importe qui d’autre ?

Et qu’est-ce que l’étiquette du silence nous a appris jusqu’ici ? Que, quand ils veulent nous apprendre à vivre notre vie du haut de leur maîtrise, il ne faut pas baisser les bras. Élégance et pédagogie avant tout. Si d’autres pèchent, veillons à combler ce vide.