window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'UA-10249691-23'); class="post-template-default single single-post postid-8539 single-format-standard custom-background wp-custom-logo">

Nous avons payé presque 10 fois plus cher le kilo d’oranges qu’ils ne le donnent dans le champ

Prix ​​des oranges en juin 2022

COAG vient de publier le Indice des prix de l’origine et de la destination des aliments (IPOD) correspondant au mois de juin, et les résultats ne peuvent être considérés comme satisfaisants, car il existe de grandes différences entre les prix des aliments à l’origine (le champ) et le prix de vente au consommateur sur les marchés. L’IPOD général s’est établi en juin à 4,24 %, ce qui indique qu’il reste aux mêmes valeurs qu’en mai, mais il est très probable que le rapport du mois prochain montrera à nouveau une hausse causée par les nouveaux produits de consommation de saison.

Selon les résultats IPOD de juin 2022, nous avons payé presque 10 fois plus cher le kilo d’oranges que la valeur donnée sur le terrain, à l’origine, l’agriculteur recevait un kilo de cet agrume à 0,15 euro en moyenne, et sur le marché, le prix moyen s’établissait à 1,48 euro le kilo, une différence importante qui est probablement marquée par la fin de la saison des fruits. La différence de pourcentage origine/destination a été établie à 887%, ce qui représente une augmentation de 127% par rapport au mois de mai et le paiement de 9,87 fois la valeur des oranges au champ.

En deuxième position dans ce classement des écarts de prix spéculatifs se trouvent les Ail avec une différence de pourcentage origine/destination de 749%, un peu moins élevé qu’au mois de mai, mais encore très excessif. Au champ, le prix du kilo d’ail s’élevait en moyenne à 0,70 euro (deux centimes de plus qu’en mai), et sur le marché, le prix moyen du kilo a augmenté d’un centime, s’établissant à 5,93 euros. Ces données montrent que le consommateur a payé pas moins de 8,49 fois la valeur de l’ail à l’origine, étant un autre exemple de la spéculation menée par les intermédiaires.

Las carottes sont classés troisièmes avec un différence de pourcentage origine/destination de 629%, Quelque chose qui n’est pas habituel. A l’origine, le prix moyen du kilo de carottes était de 0,14 euros (un centime de moins qu’en mai), et sur le marché le prix de vente moyen s’est établi à 1,02 euros le kilo, dans ce cas cela représente une réduction de 13 centimes sur la vente prix pour le mois de mai. Mais, malgré cette baisse, les consommateurs ont payé 7,29 fois la valeur des carottes au champ, ce qui est scandaleux.

En quatrième place se trouvent les Patate avec une différence de pourcentage origine/destination 575%, ce qui représente une augmentation de 20 dixièmes par rapport au mois de mai. À l’origine, un kilo de pommes de terre était au prix moyen de 0,20 euros, et sur le marché le prix de vente moyen était de 1,35 euros, ce qui indique que sur le chemin du champ à la table les pommes de terre multipliaient 6 ’75 fois leur prix.

Indice des prix de l'origine et de la destination des aliments (IPOD)

Las prunes entrer comme nouveau produit dans l’IPOD et sont classés à la cinquième place avec un différence de pourcentage origine/destination de 562%. Sur le terrain, les agriculteurs étaient payés en moyenne 0,66 euros par kilo de prunes et sur le marché, le prix de vente moyen était de 4,37 euros par kilo, une différence notable qui se quantifie dans le paiement aux consommateurs de 6,62 fois la valeur des prunes. à l’origine.

En avant-dernière place et franchissant légèrement la barrière imaginaire des 500%, la salade avec une différence de pourcentage origine/destination qui a été établie à 511%. Au champ, le kilo de laitue était coté à 0,18 euro (trois centimes de moins qu’au mois de mai) et sur le marché, le prix moyen était de 1,10 euro le kilo (le même qu’en mai), ce qui indique que les consommateurs paient 6,11 fois sa valeur à l’origine.

Le dernier produit qui apparaît en surbrillance dans l’Indice des prix selon l’origine et la destination des aliments est le melon d’eauqui passe d’un écart de pourcentage origine/destination de 156% au mois de mai, à 503% Au mois de juin. Comme c’est souvent le cas avec les produits saisonniers, les intermédiaires essaient de faire une mise à mort et d’obtenir le plus de profit possible malgré l’abondance.

Au champ, 0,36 euros le kilo de pastèque étaient payés, ce qui représente une baisse de pas moins de 0,51 euros/kilo, et au marché le consommateur payait en moyenne 2,17 euros le kilo (six centimes de moins qu’en mai), ce qui indique que la baisse du prix à l’origine n’a pas été transférée au consommateur et a servi à augmenter la marge bénéficiaire des intermédiaires.

Il est très probable que dans l’indicateur du mois prochain, l’IPOD général augmentera notamment en raison de la hausse des prix des denrées alimentaires et de tout en général, cela ne nous surprendra pas que de nombreux autres aliments apparaissent qui dépassent la barrière imaginaire de 500%. Grâce à la page officielle de COAG, vous pourrez connaître plus de détails sur les données du nouveau rapport IPOD.