Petit guide pour choisir le collège
Petit guide pour choisir le collège

Cil est temps jusqu'au 28 janvier pour les inscriptions. Mais de nombreux parents doivent encore décider. Non sans inquiétude : il n'y a pas de professeurs de mathématiques et la préparation des garçons ne brille pas dans les classements internationaux. L'un de nos journalistes, également aux prises avec les journées portes ouvertes, a demandé l'aide des experts. Et il partage leurs conseils ici

«Ils nous donneront plus de devoirs, les professeurs seront plus stricts et nous devrons travailler encore plus dur. Nous aurons moins de temps pour les loisirs et les activités sportives. Si nous ne portons pas les devoirs, il y aura des conséquences et nous pourrions être rejetés ». Je retrouve dans le dossier de mon fils cette courte composition de pure panique, parmi les fiches d'une leçon intitulée "Mon sac à dos de pensées positives". En face, je pense. Les attentes sombres concernent la transition vers le collège et je me demande d'où elles viennent. Était-ce moi ou les profs d'avoir un peu exagéré pour secouer comme un épouvantail les trois années qui viendront quand on le verra apathique ? Je me critique et repense aux clichés insidieux de l'éducation dans lesquels nous trébuchons tous. Mais je voudrais enquêter pour comprendre s'il doit y avoir peur de ce collège. D'ici le 28 janvier il doit être inscrit dans une nouvelle école, il y a des journées portes ouvertes et, comme tant de parents, je sais que le choix ne sera pas neutre, que l'offre pédagogique n'est pas une roue de paon que les instituts déploient pour l'occasion, mais un projet qui peut faire la différence.

Les profs de maths manquent

Mon enquête part d'une actualité : au concours d'enseignement des disciplines scientifiques en collège et lycée terminé le 8 juillet, le bilan des échecs. En chiffres, 3 330 enseignants lauréats contre 6 129 places, 2 000 pour le collège. En termes simples, la pénurie de professeurs de mathématiques et de sciences est grave et chronique. C'est un bon point de départ pour aider les parents à faire le meilleur choix possible, car il est maintenant urgent le message qui pousse vers une préparation scientifique valable. Nos enfants le trouveront-ils au collège ? Barbara Romano, auteure du Rapport de la Fondation Agnelli sur le collège 2021, n'est pas de cet avis, qui me dit : « Dans nos graphiques, l'apprentissage des matières scientifiques en quatrième année du primaire est représenté par un point au-dessus de la moyenne des paramètres internationaux. Mais, en huitième année, l'indicateur glisse vers le bas. En mathématiques comme en sciences, le premier cycle du secondaire entrave l'acquisition de nouvelles compétences et les élèves perdent du terrain par rapport à leurs pairs des autres pays". Derrière la traînée de comètes de cette carte se trouvent problèmes auxquels l'école italienne est incapable de faire face, et en premier lieu il y a le recrutement et la formation des enseignants. D'une part, notamment dans les matières scientifiques, la profession enseignante n'a pas une dignité suffisante pour inciter les plus disposés à la choisir. « Si l'école primaire obtient des résultats, c'est aussi parce qu'elle a un parcours dédié : les enseignants suivent une formation diplômante, Primary Education Science, qui enseigne comment enseigner » explique Barbara Romano. «Pour le secondaire, il serait essentiel qu'une spécialisation en enseignement, psychologie, pédagogie et pratique en classe s'ajoute à un diplôme disciplinaire. Aujourd'hui, 24 crédits suffisent dans ces matières, qui peuvent également être facilement acquises dans des cours en ligne. Au lieu de cela, l'enseignant ne peut plus être une personne qui entre dans la classe et ferme la porte. La porte doit rester ouverte, la confrontation et le tutorat entre enseignants doivent être constants. Mais cela n'arrive que dans certains instituts ». Si en tant que parent vous êtes toujours impliqué dans les journées portes ouvertes, c'est une information précieuse : où vous voyez des équipes d'enseignants collaborer entre elles, des directeurs présentant leur équipe comme un groupe de travail cohérent, vous êtes peut-être au bon endroit. Mais ce n'est toujours pas suffisant.

Ne sous-estimez jamais le cerveau des adolescents

Il y a un détail qui attire mon attention dans le graphique que j'ai mentionné ci-dessus. La courbe d'apprentissage diminue dans tous les pays examinés. L'Italie se situe en dessous de la ligne de décence (qui serait la moyenne TIMSS, Trends in International Mathematics and Science Study). Mais cela arrive aussi en Suède, en Angleterre, aux USA. Qu'est-ce que ça veut dire? Un autre chapitre de la recherche de la Fondation Agnelli dédié aux neurosciences me répond, c'est-à-dire au cerveau : entre 11 et 18 ans il subit une profonde restructuration. L'adolescence est une "fenêtre", la dernière si fertile, dans laquelle vous sélectionnez ce que vous gardez et ce que vous perdez parce qu'on ne l'utilise pas. C'est un moment instable mais plein d'opportunités sur lesquelles s'appuyer : la passion, la curiosité, l'envie de coopérer avec ses pairs. Ceci explique qu'à l'âge de l'école secondaire s'ouvre une phase dans laquelle l'enseignement théorique traditionnel, frontal, ne porte pas ses fruits. Et là je comprends que mon fils, dans son sac à dos de réflexions sur le collège, a mis des soucis peut-être trop gros mais pas démotivés : la rigidité et la sévérité soudaines ne le rendront pas plus compétent mais plus hostile.

Voici un autre indice pour les parents : si dans la présentation de l'institution on parle de projets intégrés entre différentes disciplines, activités théâtrales et soutien psychologique, nous ne pensons pas qu'il serait préférable d'introduire des heures supplémentaires d'algèbre et de latin à leur place. Ils peuvent être le signe d'une manière engageante d'enseigner. De la première à la huitième année, seuls 10 % des garçons et 8 % des filles aiment aller à l'école : il n'y a rien d'inévitable dans ce chiffre. Et je comprends que les activités périscolaires pourraient représenter un trésor qui enrichit l'éducation des enfants et éveille leurs passions en discutant avec Andrea Maffai, chercheuse en didactique des mathématiques et enseignante au collège. « Les parents entendront parler du professeur de mathématiques et de sciences et du professeur de technologie. En réalité, il n'y a pas de pédagogue », explique Maffai, également auteur de livres-jeux pour enseigner les mathématiques comme Destination Bellatrix (Erickson). « L'acronyme, un peu à la mode aujourd'hui, est davantage utilisé pour des activités annexes. Depuis quelques années, les établissements peuvent s'appuyer sur enseignants d'autonomisation appelé à activer ou accompagner les professeurs du curriculum sur des projets précis : donner l'exemple, inciter les filles aux sciences ».

Journée portes ouvertes : ce qu'il faut rechercher dans une bonne école

Lors des journées portes ouvertes, il est également important de garder un œil sur. "Pouquoi des activités intéressantes laissent leur marqueMaffai me propose. « Y a-t-il des pluviomètres dans le coin ? » Cela signifie que des travaux sont effectués sur la météo. Des plantes en culture ? Les enseignants sont susceptibles d'avoir des disciplines explorées ainsi que de les lire dans le livre. Mieux vaut se méfier des laboratoires très raffinés mais illégaux : cela veut dire que personne n'y met les pieds. Aussi l'implication des enfants plus âgés dans la présentation désigne une école où ceux qui apprennent sont les protagonistes de leur propre parcours d'apprentissage ». Et l'âge des professeurs ? Seul un sur 100 a moins de 30 ans, la plupart ont la cinquantaine. «Pourtant, je ne me fierais pas à ce critère pour évaluer un établissement. Il y a des enseignants de longue date qui conduisent le changement dans les écoles et sont souvent plus innovants que les jeunes qui, selon la nouvelle réglementation, sont obligés de trouver leurs propres formations post-universitaires pour accéder à l'enseignement.» Dit Maffai. Une réponse à laquelle je ne m'attendais pas et qui me met sur la bonne voie à choisir, accompagnée du dernier conseil du professeur : « Parfois les parents se sentent plus en sécurité là où ils voient des méthodes qu'ils reconnaissent. Au contraire, l'innovation vient aussi de leur capacité à accepter que ce que leurs enfants vont étudier n'est pas ce qu'ils ont appris ».

5 CHOSES À RECHERCHER LORS DE LA JOURNÉE PORTES DU COLLÈGE

1. Les enseignants et le directeur sont
un groupe de travail soudé

2. Il y a un bureau de soutien psychologique pour les enfants

3. Il existe des activités Stem extrascolaires qui impliquent également les enseignants du matin

4. Les ateliers sont « vécus »
et l'école est jonchée d'emplois
garçons

5. Les élèves plus âgés assistent à la journée portes ouvertes et sont impliqués dans la présentation