Plus de 85 % des produits proposés par l’industrie alimentaire aux enfants sont malsains
Plus de 85 % des produits proposés par l’industrie alimentaire aux enfants sont malsains

Teneur en sucre des aliments destinés aux enfants

Selon une nouvelle étude de marché réalisée par l'organisation de consommateurs Foodwatch, plus de 85 % des produits proposés par l'industrie alimentaire aux enfants sont malsainscar ils contiennent trop de matières grasses, de sucres ajoutés ou de sel, selon les exigences pour des repas équilibrés déterminés par l'OMS (Organisation mondiale de la santé). Pour l'organisation de consommateurs, cela montre que les initiatives d'autorégulation volontaire de l'industrie alimentaire sont un échec complet.

Foodwatch a analysé un total de 283 produit alimentaires de l'industrie qui ciblent les enfants à l'aide de la publicité, des aliments dont la composition a été comparée aux exigences établies par l'OMS pour l'alimentation du nourrisson. Les résultats sont décevants, sur les 283 produits, pas moins de 242 sont malsains du fait de leur teneur élevée en graisses, sel et sucres ajoutésEn ce sens, l'organisation de consommateurs estime que selon les critères de l'OMS, ils ne devraient pas être commercialisés.

En 2015, Foodwatch a mené une étude similaire et en contrastant les données avec la nouvelle étude, il semble que la situation ait à peine changé, à cette époque 89,1% des produits analysés ne répondaient pas aux critères de l'OMS, six ans plus tard, ce pourcentage a été réduit à 85,5%, ce qui n'est pas une avancée significative. Comme nous l'avons déjà commenté à maintes reprises, les réglementations volontaires ne sont pas efficaces, la seule façon que industrie alimentaire se conformer est en introduisant des réglementations qui marquent les limites des valeurs de graisses, de sucres et de sel.

La nouvelle étude a inclus des produits d'un total de 16 entreprises alimentaires qui, à l'époque, ont signé cet engagement volontaire sur un marketing responsable, à cela il faut ajouter l'accord conclu avec l'UE pour améliorer la qualité des aliments en 2016, quelque chose nous en avons parlé dans cet article. Des entreprises telles que Danone, Nestlé ou Unilever, entre autres, se sont engagées dans un marketing plus responsable pour les enfants, cependant, 10 des 16 signataires ne font désormais la publicité que de produits malsains destinés aux enfants, l'organisation de consommateurs cite Ferrero, Pepsico, Mars, Unilever et Coca- Cola.

Améliorer les aliments pour les enfants

D'après les données, Nestlé est le entreprise qui annonce le plus grand nombre de produits alimentaires (144) qui sont déséquilibrésIl met également en évidence les 24 de Kellogg's et les 23 de Ferrero. Il semble clair qu'au départ, des réglementations plus strictes doivent être prises par les agences gouvernementales dans le domaine de la publicité alimentaire destinée aux enfants, mais elle devrait également exiger que les produits soient conformes aux critères définis par l'OMS.

Rappelons que Foodwatch est une organisation allemande et l'organisation commente que le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation s'est appuyé principalement sur des engagements volontaires pour protéger les consommateurs (comme dans la plupart des pays et des organisations comme l'UE). L'industrie alimentaire du pays s'est volontairement engagée à réduire les valeurs de sucres, de graisses et de sel dans ses produits alimentaires, et bien que depuis 2015 la teneur en sucre des yaourts ait été réduite de 20%, leurs valeurs sont toujours bien supérieures à celles de l'OMS. recommande.

En 2016, l'industrie a annoncé qu'elle avait reformulé 180 000 produits pour réduire la teneur en sucre et en sel, mais elle n'a pas montré à quel point la réduction avait été, étant une donnée très importante. Si la teneur en sucre d'un produit est réduite de 5%, cela peut être une quantité négligeable si sa teneur initiale est de 60%, il n'est donc pas possible de parler de quelque chose de positif pour la santé, car 55% est encore un chiffre excessif. A esto hay que añadir otra cuestión, según una investigación de 2018, algunas compañías alimentarias reducen el contenido de azúcar y sal en los alimentos pero aumentan el contenido en grasas saturadas, por lo que esta reformulación tampoco es saludable y quizá Foodwatch debería tener esto en compte.

Au final, force est de constater que les mesures volontaires et les restrictions ne fonctionnent pas, il faut donc légiférer sur le sujet, chose compliquée compte tenu du poids et de l'influence que cela a sur les organisations et agences gouvernementales. Vous pouvez obtenir plus de détails sur l'actualité et l'étude sur le site officiel de l'organisation de consommateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.