window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'UA-10249691-23'); class="post-template-default single single-post postid-2267 single-format-standard custom-background wp-custom-logo">

Pourquoi la nourriture réconfortante crée une dépendance et comment s’en éloigner

Ecco comment gérer cette faim incontrôlée qui conduit à manger non pas pour un besoin physique, mais pour une pulsion émotionnelle

Quand quelque chose en nous semble ne pas fonctionner et que la tristesse et l’anxiété prennent le dessus, nous risquons de nous réfugier dans le garde-manger et dans le réfrigérateur. Les aliments réconfortants sont capables de réguler la sphère émotionnelle, reliant l’intestin et le cerveau, dans un dialogue qui peut s’avérer délétère. Le chocolat, les frites, les bonbons et la malbouffe ne sont généralement pas rassasiants pour l’estomac, mais pour le besoin de confort cela se ressent dans une certaine période. Cette faim incontrôlée ce qui conduit à manger non pas pour un besoin physique mais pour une pulsion émotionnelle.

Différent est le discours lié aux traditions familiales, cette nourriture réconfortante qui fait partie de la sphère affective, de la mémoire proustienne. Ce sont les plats préparés par les grands-mères, partagés avec leurs proches: ce sont tous des aliments réconfortants car ils insufflent de la positivité et de beaux souvenirs à chaque bouchée.

Quand la nourriture réconfortante devient un danger

Résoudre les mauvaises périodes avec des aliments réconfortants peut être nocif pour la santé. Le problème est là dépendance incontrôlée de ces aliments réconfortants, qui donnent la sensation de remplir les espaces vides. C’est ce mécanisme qui risque de déclencher un cercle vicieux dangereux, qui augmente si la nourriture réconfortante est aussi une malbouffe, c’est-à-dire la «malbouffe», riche en graisses, sucres et sel, et souvent de type industriel. Qu’est-ce qui déclenche la faim émotionnelle? Tristesse, ennui, colère, un sentiment de solitude, d’anxiété, de frustration, la fin d’une relation, la souffrance sont autant d’émotions qui conduisent à perdre le contrôle de notre alimentation. Cela implique un gain de poids corporel, ce qui peut conduire àobésité.

Les aliments communiquent avec le cerveau

Pourquoi un pinzimonio végétal, par exemple, n’est-il pas réconfortant? La réponse est triviale: le fenouil et le céleri ne parlent pas au cerveau comme les frites. Ils n’ont pas de graisse, de sucre et de sel responsables de l’activation des produits chimiques dans le corps qui peuvent causer un sentiment d’épanouissement, bien-être et gratification. En résumé: nous avons tendance à rechercher des aliments qui peuvent nous rendre heureux. Mais seulement en apparence. À ce moment précis, c’est ce dont le corps a besoin pour lutter contre la tristesse et la dépression, mais cela ne résout pas la racine du détresse émotionelle. Chocolat, collations riches en calories, hamburgers pleins de sauces stimuler la libération par le cerveau de signes de faim. Plus vous mangez de nourriture réconfortante, plus vous en mangerez.

Addiction aux aliments réconfortants: l’étude

Des chercheurs dirigés par Lukas Van Oudenhove, MD, PhD, de l’Université de Louvain en Belgique, ont utilisé des scanners fonctionnels pour suivre les zones du cerveau d’un groupe de personnes. Les zones cérébrales se sont activées lorsque 12 personnes non obèses en bonne santé ont éprouvé de la tristesse et ont ensuite reçu une infusion d’acide gras ou de solution saline. De nombreux aliments réconfortants contiennent une quantité significative de Les acides gras. Les participants ont écouté de la musique triste ou neutre tout en regardant des images de visages tristes ou neutres. On leur a demandé d’évaluer la satiété, la faim et l’humeur avant l’IRM et pendant le scanner cérébral. Les participants ne savaient pas quelle perfusion ils avaient reçue. Mais ceux qui ont reçu les acides gras ont déclaré se sentir tristes environ la moitié de ceux qui ont reçu l’infusion saline.

Interaction entre les émotions et la faim

Les résultats de l’étude mettent en évidence les interactions entre les émotions et la faim, entre la prise alimentaire et les sensations induites par les repas en général, qui peuvent avoir des implications importantes pour un large éventail de troubles dont l’obésité, troubles alimentaires et la dépression. Il a donc été établi qu’il doit y avoir une manière dont l’intestin parle au cerveau. le zones du cerveau qui vient activé ou supprimé en raison des émotions et l’humeur était affecté par l’émulsion d’acide gras. Les personnes obèses, de cette manière, peuvent avoir à manger plus pour obtenir la même stimulation que les personnes de poids normal, comme en témoigne l’étude.

Comment éviter la satiété des antidépresseurs

L’alimentation émotionnelle est un mécanisme d’adaptation pour faire face aux sentiments intenses, au stress ou aux humeurs dépressives, et augmente le risque d’obésité. Il est désormais prouvé que notre envie de manger est fortement guidée et conditionnée par les humeurs et les émotions. le Les acides gras avoir des effets stabilisateurs de l’humeur et antidépresseursi, ainsi que des effets bénéfiques sur la satiété. Alors, comment pouvez-vous vous éloigner de la nourriture réconfortante addictive? Il y a quelques précautions qui vous permettent de garder cet instinct réconfortant à distance. Voyons les principaux.

  • Comprenez si vous mangez de faim ou d’inconfort. Comprendre quand vous avalez de la nourriture pour satisfaire une émotion est un grand pas en arrière. une alimentation plus saine et plus équilibrée. La prise de conscience vous permet d’accepter et gérer le affres de la faim émotif.
  • Faire un schéma pour une routine saine. Planifiez vos repas pendant la semaine, ou du moins pendant quelques jours, de façon régulière, choisir des aliments comme les fruits, les légumes, les aliments entiers, le lait et les fromages allégés, la viande, le poisson et les légumineuses vous permettra d’en avoir plus satiété à court et à long terme.
  • Ne vous jugez pas trop durement, mais manger consciemment. Une méthode efficace et positive pour redécouvrir une alimentation saine pourrait être la pratique manger en pleine conscience, capable de rétablir une relation saine entre les émotions et la nourriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *