Rapport sur l’authenticité des herbes aromatiques et des épices commercialisées dans l’Union européenne
Rapport sur l’authenticité des herbes aromatiques et des épices commercialisées dans l’Union européenne

Fraude alimentaire dans l'UE

Nous savons depuis quelques années que les épices sont l'un des groupes alimentaires les plus à risque de fraude au monde, mais il en va de même pour les herbes aromatiques séchées que nous utilisons en cuisine, par exemple le basilic, l'origan, l'aneth, le thym.. Le fait est que la Commission européenne a publié un rapport sur l'authenticité des herbes aromatiques et des épices commercialisées dans l'Union européenne et les résultats imposent la mise en place d'un plan d'action en raison du volume de fraudes détectées.

Les chercheurs se sont concentrés sur l'analyse de l'origan, du curcuma, du cumin, du paprika, du poivre et du safran, en considérant les herbes et les épices les plus susceptibles d'être falsifiées. Les Origan a été identifié comme les plus vulnérables à la fraude dans la catégorie des herbes aromatiques avec pas moins de 48% de risque. L'origan est généralement frelaté avec des feuilles d'olivier et des feuilles de sumac moulues, bien que les proportions d'adultération ne soient pas mentionnées, mais on peut se rappeler que dans des pays comme l'Australie, dans certains cas, la proportion atteignait 90 %.

Parmi les épices analysées, la Poivre C'est le risque accru d'adultération avec 17%, suivi du cumin avec 14%, du curcuma avec 11%, du safran avec 11% et du paprika avec 6%. Pour la préparation de ce rapport, le Centre commun de recherche (JRC) de la Commission européenne a effectué près de 10 000 analyses sur 1 885 échantillons d'herbes aromatiques et d'épices séchées provenant des pays de l'UE, Malte, Autriche, Lituanie, Belgique, Croatie, Chypre, France, Allemagne, Grèce, Hongrie, Italie, Lettonie, Irlande, Luxembourg, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovénie, Danemark, Espagne et Suède, des échantillons de Norvège et de Suisse ont également été inclus.

Les chercheurs ont travaillé pour détecter le remplacement partiel des herbes et épices d'origine par d'autres matériaux ou charges, tels que la feuille d'olivier, l'amidon, la craie ou la farine, entre autres, l'inclusion d'additifs tels que des colorants synthétiques a également été analysée utilisée pour colorer l'adultérant. pour qu'il ressemble au produit d'origine. D'après les résultats, la plupart des échantillons contenaient un matériel végétal qui n'était pas déclaré sur l'étiquetage, le présence de colorants synthétiques non déclarés et non autorisés dans 2% des échantillons, soulignant que l'un d'eux avait un niveau élevé de chromate de plomb, un composé chimique jaune qui est souvent utilisé dans les peintures.

Herbes et épices falsifiées dans l'UE

Les experts disent que la chaîne d'approvisionnement des herbes aromatiques et des épices est l'une des plus vulnérables à la fraude, la raison étant qu'elle implique produits à haute valeur économique et la fraude rapporte gros. Il est difficile de déterminer exactement où se produit l'adultération, car ce sont des chaînes d'approvisionnement très complexes, où les produits sont soumis à de nombreux processus et à cela il faut ajouter que dans chacun des maillons, importateurs, grossistes, transformateurs, emballeurs... certains type de fraude peut être commis.

C'est un fait que l'approvisionnement en épices et herbes aromatiques passe par de nombreuses mains, dans de nombreux cas ces produits sont cultivés dans des pays hors de l'Union européenne, passant fréquemment par de nombreux intermédiaires dans la chaîne d'approvisionnement, offrant de nombreuses opportunités d'adultération. D'autres vulnérabilités pouvant être sujettes à l'adultération sont l'histoire de la fraude, la saisonnalité et la disponibilité de la récolte, les événements climatiques, les catastrophes naturelles, les événements culturels et géopolitiques, la législation alimentaire, la situation économique, l'incidence de la corruption, etc.

L'éradication de la fraude dans ces catégories est délicate, mais peut être considérablement réduite tant que les entreprises connaissent leurs chaînes d'approvisionnement et que ces sont soumis à des contrôles stricts, et que des tests soient effectués plus fréquemment pour vérifier que les produits n'ont pas été falsifiés. La CE souligne que les exploitants du secteur alimentaire ont la responsabilité de garantir le respect de la législation alimentaire, ils doivent non seulement éviter la fraude, mais également fournir aux consommateurs des informations précises, claires et faciles à comprendre sur les caractéristiques des aliments, leur nature, leur identité et composition.

L'étude que vous pouvez lire dans cet article du JRC, avait pour mission d'établir la prévalence des pratiques frauduleuses dans la commercialisation des herbes aromatiques et des épices, et à partir de là, de mener un plan d'action permettant de lutter plus efficacement contre la fraude.

Photo 1 | Tleyinex