Rencontrez Udi Goldschmidt – World Food Travel Association
Rencontrez Udi Goldschmidt – World Food Travel Association

Udi est l'ambassadeur certifié de la World Food Travel Association en Israël.

Quand il évoque son enfance et la place qu'y occupait la gastronomie, la réponse d'Udi est assez amusante. En effet, il reconnaît que sa mère n'était pas une grande cuisinière, par contre, il se souvient qu'à l'âge de deux ans, il s'était déguisé en cuisinier pour la communauté juive Fête de Pourim. Peut-être était-ce déjà un signe évocateur de cette passion qui l'anime depuis maintenant plusieurs années. C'est lors de son service militaire dans l'armée qu'Udi découvre vraiment le plaisir de cuisiner. Il a pu goûter de nouveaux produits et son défi quotidien était de pouvoir faire quelque chose de bien avec tous les aliments disponibles.

Au cours des années, Udi a grandi et évolué en s'immergeant dans le monde du tourisme. Il ouvre notamment un village de vacances, où le restaurant propose des plats d'inspiration bédouine. C'était aussi complet tous les soirs! Udi est également très impliqué dans la vie politique de son pays, Israël, ainsi que dans la recherche, le conseil et l'image de marque. C'est précisément en faisant des recherches qu'il a découvert la Association mondiale des voyages alimentaires, avec qui il est affilié depuis plus de 10 ans. Outre l'aspect professionnel de la relation, Udi apprécie particulièrement les échanges qu'il a chaque mois avec les autres ambassadeurs. Cela lui permet de se tenir au courant des tendances du tourisme gastronomique dans le monde, mais aussi et surtout de créer des amitiés solides et sincères avec des personnes qui, comme lui, sont passionnées par le tourisme gastronomique.

Alors qu'Israël est principalement connu pour son tourisme religieux, Udi remue ciel et terre depuis de nombreuses années, pour convaincre le gouvernement d'investir dans le tourisme gastronomique. En effet, le le pays a beaucoup à offrir en raison de sa situation géographique, notamment. Israël bénéficie d'un climat relativement chaud tout au long de l'année, et le pays a créé des systèmes d'irrigation très avancés permettant la culture de tomates, d'agrumes et d'autres fruits et légumes - dans le désert ! La cuisine israélienne est également influencée par les cultures culinaires des pays voisins, ainsi que celles des nombreux immigrés qui s'y sont installés. Les plats israéliens sont comme une mosaïque de saveurs, avec une épice d'ici, une technique de cuisson d'ailleurs et une façon de servir d'encore un autre endroit. Bien sûr, le pays compte plusieurs plats typiques comme le hamin et le sabich. Alors que le hamin est un plat religieux qui est devenu extrêmement populaire même auprès des touristes, le sabich est un plat de « nourriture de rue » à base de pain pita et d'aubergines rôties.

Amoureux de son pays et passionné de gastronomie, la vision d'Udi est que le tourisme culinaire devienne une priorité pour tous les acteurs de l'industrie touristique israélienne, car il connaît le pouvoir économique et socioculturel ultime qu'il exerce. Grâce à son rôle d'ambassadeur auprès de la WFTA et de coordinateur national de la Alliance des chefs Slow Food, Udi sait que les touristes veulent des expériences authentiques, en contact étroit avec les résidents locaux. Les visiteurs en Israël veulent faire des voyages qui répondent aux besoins d'expérience et d'authenticité des voyageurs. Pour Udi, même si le touriste se donne les moyens de vivre un voyage riche en rencontres et découvertes, il est important que les acteurs du tourisme et de la gastronomie travaillent ensemble, main dans la main, pour échanger informations et connaissances, afin de proposer des expériences holistiques. . Les restaurateurs doivent également être transparents sur l'origine des produits qu'ils cuisinent. Grâce à la disponibilité d'une vaste sélection de fruits et légumes, Israël est également une destination idéale pour les végétariens.

Pourtant, pour une raison quelconque, le gouvernement israélien ne veut pas investir dans le tourisme gastronomique, peut-être parce qu'il voit qu'il est en fait très présent dans le pays. Il s'agit d'un oubli courant des gouvernements qui pensent qu'ils n'ont pas besoin d'investir dans la gastronomie parce qu'ils soutiennent que tout le monde le fait déjà. Cependant, ils ne réalisent pas que la gastronomie est également populaire partout ailleurs, de sorte que le monde entier est la concurrence d'Israël.

En effet, il existe de nombreuses initiatives locales qui consistent par exemple à proposer des itinéraires gourmands pour découvrir la cuisine nationale, proposer des visites de marchés typiques, etc. Il existe également des festivals qui sont organisés comme le Festival de la cuisine israélienneet So French So Food qui célèbre la cuisine française en Israël. Il y a aussi un musée dédié à la gastronomie à Tel-Aviv, mais il se concentre plus sur la modernité que sur les aspects historiques et traditionnels de la cuisine israélienne. Udi lui-même a développé des cours de cuisine qui permettent aux touristes de découvrir les meilleurs produits d'Israël et de les ramener chez eux après leur séjour. Ce sont en définitive les touristes et les professionnels qui participent à la promotion du tourisme gastronomique à l'échelle nationale, régionale et internationale.

Enfin, Udi identifie 3 défis pour le tourisme gastronomique israélien. Premièrement, il a besoin d'investissements importants dans l'image de marque car les produits alimentaires israéliens sont assez bons, mais peu connus. Par exemple, les fabricants de produits alimentaires doivent travailler sur l'emballage, l'expérience utilisateur et plus encore, pour attirer les visiteurs. Ensuite, Israël doit définir et promouvoir les régions alimentaires. Israël est un petit pays, et les touristes pensent qu'ils vont goûter la même chose d'une région à l'autre alors que chaque petite région a ses propres produits et ses manières de cuisiner. Il ne faut donc pas hésiter à encourager les petites régions d'Israël à se créer une identité propre. Enfin, Udi pense que si le pays parvient à combiner histoire, archéologie et cuisine, alors Israël deviendra une grande nation touristique.

Et il se trouve que nous sommes d'accord !