window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'UA-10249691-23'); class="post-template-default single single-post postid-3114 single-format-standard custom-background wp-custom-logo">

#TiSbloccoUnRicordo: 20 aliments qui nous rendent nostalgiques

Morositas, Soldino, Orzoro: parmi les les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix les garde-manger de nos maisons sont remplis d’aliments de valeur nutritionnelle douteuse mais avec un attrait incroyable. Couleurs, jeux, gadgets étaient là pour nous tenter. C’était le temps des snacks incontrôlés, à toute heure, de la pizza toujours prête, des boissons gazeuses envoyées sans crainte. Maintenant que nous sommes tous plus attentifs, que nous consultons les tableaux nutritionnels avec dévotion, nous sommes encore dominés par les souvenirs de Tartallegre ou les bulles de Spumador. Alors #TiUnlockUnRemember: voici les aliments qui vous feront couler quelques larmes de nostalgie.

  1. sofficini. Avant le caméléon irrévérencieux, les Sofficini avaient leur propre alter ego animé pour annoncer des paquets farcis. Dans le sillage des divers Crocodiles e Tartallegre placés dans les œufs Kinder Surprise, Findus a également reproduit le Sorrisini mignon. Ils étaient tous peints à la main et représentaient de joyeux sofficini animés et contextualisés. À partir de 1991, trois séries ont été produites: la Supersport 1, la Supersport 2 et la Superstory. Sur Ebay, ils vendent au poids en or.
  2. Oeuf Surprise Kinder. Dans les années 90, les œufs Kinder Surprise étaient très appréciés surtout pour leur contenu. Et nous ne parlons pas de chocolat. En fait, c’est ce qu’il y avait à l’intérieur de la coquille qui a attiré les enfants: des marionnettes drôles et mignonnes, toutes à collectionner. Suivant une chronologie idéale, il y avait le Happypotami, suivie par Tartallegre et viens Crocodiles. En 1996, le HappyDinos et puis les fantômes. Les derniers avant 2000 étaient les Elefantao. Même en regardant la publicité contemporaine, nous sommes sûrs que certains sommets ne seront plus jamais touchés.
  3. Pizzette Catarì. En 1982, un très exalté Giorgio Bracardi il s’interroge sur le dilemme: « Petites pizzas, petites pizzas Catarì, quel est votre secret? Si j’ai faim, laissez-moi passer. Si je n’ai pas faim, fais-moi venir pomme« . Ces disques croustillants étaient une collation à offrir à des amis pour l’apéritif à la maison. Mais n’imaginez pas qui sait quelle délicatesse. Ils étaient un peu secs et gras, recouverts d’une substance blanche non spécifiée qui devait ressembler à du fromage, et de poudre verte, pour imiter l’origan. Mais vous savez, les années quatre-vingt étaient consacrées à l’esthétique et à l’hédonisme, pas à la nutrition.
  4. Coupe grand-père. La chanson Joy, dans lequel Gisella Cozzo a chanté « Je me sens bien, je me sens bien«, Quiconque était une patate de canapé dans les années 90 pouvait le chanter par cœur. Et avec elle, on rappellerait aussi la tristement célèbre Coppa del Nonno, une glace industrielle vendue dans un gobelet en plastique, confortable à tenir. À l’intérieur, la glace créée avec des grains de café encore crus puis torréfiés pour créer une infusion intense.
  5. Ciobar. Né en 1985 pour innover la marque Cameo, le chocolat chaud a été un succès immédiat. En 1987, il est devenu la boisson à partager entre amis en montagne ou en étudiant devant des PC obsolètes pour devenir le nouveau Steve Jobs.
  6. Pizza rapide. Toujours fille de la société Cameo, Speedy Pizza a changé la vie de nombreux enfants car elle a immédiatement mis à disposition une pizza carrée avec de la mozzarella filandreuse et de la délicieuse tomate, servie sur une pâte parfumée, préparée avec la seule utilisation d’un grille-pain vertical. 5 minutes ont suffi à préparer ce qui était pour beaucoup une collation et pour d’autres un vrai dîner.
  7. Pas bon. Ces pommes de terre Findus ont conquis le cœur des enfants car elles n’étaient pas de simples bâtonnets ou croquettes: il y avait les ABC, qui reproduisaient les lettres de l’alphabet, mais aussi celles farcies de ketchup. La vague de santé a poussé le Findus vers les versions Homemade et Classic.
  8. Soldino. Sur les collations du Mulino Bianco, il y aurait de très longs traités à écrire. Mais si le Tegolino a bien supporté les années, le Soldino n’a pas passé le test nutritionnel que le présent nous impose. Son enrobage et son centime de chocolat pur ne correspondent pas bien aux besoins nutritionnels contemporains. Au début, il était carré, puis il est devenu rectangulaire, imitant le Tegolino. La pâte molle a donné un sens au croquant externe. Selon le site Web de l’entreprise, « c’est la collation qui manque le plus aux enfants qui ont grandi dans les années 80 et 90«.
  9. Piéton. Il était rose, comme un vrai pied, car il était fait avec de la glace à la fraise. Dans les années 80, les colorants faisaient partie de notre alimentation à tous.
  10. Tornade. Une autre crème glacée que nous avons vraiment adorée dans les années 1980 était Twister. Au début, c’était juste une symbiose de vanille et de chocolat, tordus ensemble pour créer un vortex hypnotique. L’ajout du troisième sillage, la noisette, a compliqué la magie.
  11. Un ou un. Fabriqué par Sanpellegrino, One or One était la réponse à Pepsi et Coca-Cola mais, contrairement à ceux-ci, il manquait de caféine. Il a été lancé en 1987 et a gagné en popularité, mais Coca-Cola a mené une longue bataille pour la concurrence déloyale, qui a plongé la canette bleue dans l’oubli.
  12. Camillino. Dans le fourrage aux céréales, il y avait tant de bonnes glaces à découvrir: c’était le tour de séduction du Camillino, qui commençait à intercepter la peur de prendre du poids.
  13. Maxibon. En 2021, Stefano Accorsi aura 50 ans. Et même si personne ne pourrait citer par cœur les derniers films dans lesquels il a joué ces dix dernières années, tout le monde se souvient de son sourire tordu et de la Riviera romagnole anglaise dans la publicité Maxibon. Du Gust est Megl che Uan: qui aurait pu lui résister?
  14. Burghy. En 1981, l’Italie a tenté de lancer sa propre proposition de restauration rapide en créant Burghy. Le premier restaurant a été ouvert à San Babila par la chaîne de supermarchés GS. Sa mascotte créée dans les années 90, Willy Denty, fut pendant un temps l’idole des enfants. Ici aussi, les petites surprises emballées dans les menus bébé, les épingles et les peluches ont éduqué des foules d’amateurs de malbouffe en herbe.
  15. Spumador. Derrière ce nom se cache une entreprise toujours active, qui produit des boissons gazeuses et des boissons gazeuses. Fondée en 1888 à Cermenate, dans la province de Côme, dans les années 1980, elle s’est étendue à une grande distribution, nous séduisant avec « toutes ces bulles«.
  16. Dan’Up. Nous étions fous de la bouteille Dan’Up. Dans cet emballage, il y avait du yaourt à boire lors de vos déplacements. La saveur était plus délicate et plus fraîche. C’était bon pour le petit déjeuner mais aussi comme un brise-faim. On dit que les consommateurs avides ont fini une bouteille en cinq minutes. Il est toujours sur le marché, mais uniquement en brique.
  17. Coupe blanche. Un autre grand cheval de bataille de ces décennies, créé par Danone, était la tasse blanche. Comme le dit la publicité de 1984, cette tasse de crème au chocolat recouverte de crème fouettée douce vous a emmené « au septième ciel ».
  18. Push Pop. La publicité Push Pop était hypnotique. Les jeunes rappeurs ont été ravis de la sucette cylindrique vendue dans un boîtier en plastique avec un capuchon en forme de stylo à bille. Le plus drôle, c’est que pour le manger, il fallait pousser le cylindre de bas en haut. Les goûts disponibles étaient infinis et l’avoir dans la poche de la veste en jean était un must.
  19. Maures. C’était en 1984 et à cette époque, la publicité était pleine de racisme, de sexisme et de double sens. Parmi ceux-ci se trouvait le spot de Morositas avec la plantureuse et la nouvelle venue Carmen Russo. Les bonbons à la réglisse ont essayé de lutter contre l’oubli dans des versions plus saines comme Sugar Free ou Berry, à la framboise et à la mûre, mais sans succès.
  20. Orzoro. Mais au moins pour moi, les années 80 sont représentées par l’enfant très blond et heureux qui boit l’Orzoro Nestlè. Le mélange soluble est toujours sur le marché, mais ce petit visage aura peuplé les cauchemars de nombreux enfants pendant des années.

Les vidéos d’Agrodolce: Chapon de Montoro