Daria Bignardi : chimio et séparation
Daria Bignardi : chimio et séparation

NDans le nouveau roman, l'écrivain Daria Bignardi parle d'elle-même, de la jeunesse à la maladie, jusqu'à la séparation

Pendant Daria Bignardi il me parle Je ne peux pas détacher mes yeux de la grande bibliothèque derrière lui. "Il y a 3 000 volumes", me dit-il. Toute son existence. Il en parle avec tendresse, comme dans Des livres qui ont ruiné ma vie et d'autres amours mélancoliques (Einaudi).

Elle est la vedette de notre couverture cette semaine. VOIR LA VIDÉO!

Le dernier livre de Daria Bignardi

"Le titre est ironique", explique-t-elle quand je lui demande pourquoi ils ruinent et ne sauvent pas. « Sauver ou ruiner, c'est la même chose. Dans quelque chose qui nous ruine, il y a toujours quelque chose qui nous sauve. Le poison et l'antidote. Quelque chose qui nous fait comprendre ce que nous voulons, qui nous sommes vraiment ». Daria Bignardi a écrit un livre qui parle de romans, de poèmes, de films qui ont marqué des moments particuliers de sa vie. Il y a le Célestin coloré d'abeilles et de renoncules de ses 5 ans, il y a La forêt de la nuit de Djuna Barnes de l'adolescence, il y a Raymond Carver et Pasolini, les films d'Agnès Varda et Querelle de Brest de l'âge adulte. Il y a l'amour qui va avec, les tourments et parfois la noirceur, comme cela arrive souvent quand on est jeune. Ce n'est pas une liste de conseils, rien d'intellectuel. Tout est question d'émotions. « C'est comme si vous parliez de moi à travers les livres que j'ai rencontrés. J'ai fait un voyage à l'intérieur de moi-même, notamment dans certains domaines dont j'avais moins parlé par le passé. Des œuvres que j'ai lues, vues et écoutées pour la première fois m'ont choqué. Évidemment parce qu'ils me disaient quelque chose sur moi-même sur lequel il était important que je me concentre. Je pense que c'est comme ça pour tout le monde ».

Entretien avec Daria Bignardi

Quelle lectrice était-elle ?
"Compulsif. J'ai tout lu, beaucoup. Probablement trop trop jeune. Et je suis tombé amoureux, un peu précocement, de quelque chose que je ne comprenais pas, et que je trouvais pourtant fascinant : des livres sombres, sombres, lugubres. J'aimais les émotions fortes, données par le désir, par la mélancolie. Ce que vous ressentez lorsque vous lisez quelque chose de très engageant mais qui peut aussi être très triste. Ce livre m'a aidé à comprendre que j'avais développé le "plaisir de souffrir", et aussi que ce n'est pas une belle chose à cultiver. Maintenant que je suis plus mature je suis sortie de cet imaginaire sombre, et chercher la lumière, surtout pour moi qui ai ressenti la séduction des ombres, est un bel exploit. Je suis devenue une grande adepte des sourires, de la légèreté et du rire ».

Plus sage, alors ?
« J'ai compris que ce qui nous fait souffrir est souvent aussi celui qui nous permet le plus de nous connaître. Que certaines rencontres, comme certains amours qui nous ont le plus troublés, sont celles que nous avons du mal à oublier. C'est aussi le cas pour l'art, la littérature et la musique. Ils nous font traverser des rues sombres pour ensuite pouvoir choisir la lumière. Qui est plus intelligent que l'ombre ».

Comment est né le livre ?
«Ce n'était pas prévu, ça s'est imposé. L'inspiration est sortie en janvier 2021. C'était une résurgence de quelque chose qui était évidemment très important pour moi ».

Il y a des livres mais aussi beaucoup d'autobiographies. Elle raconte une période difficile et cite Dostoïevski qui dit : « Ma vie commence maintenant. C'était très authentique.
"Honteux en effet. Mais là, je citais une œuvre littéraire. Dans la vie ce n'est pas comme ça. Il n'y a pas d'avant et d'après. Il y a des moments fatigants et des moments de nouvel amour et de nouveaux projets. Il serait naïf de penser que tout va bien, qu'ils "ont vécu heureux pour toujours", même si moi, qui suis super enfantin, je l'espère. Cela n'arrive pas. Alors pour moi le mot bonheur dit peu, je suis plus à l'aise avec les mots gaieté, lumière, luminosité. D'ailleurs, puis-je dire quelque chose ? La vie est belle. Comme l'écrivait Grazia Cherchi, c'est furieusement gros ».

La maladie l'a-t-elle changé immédiatement après la séparation il y a 4 ans ?
« Je ne pense pas que la maladie ait été la chose la plus douloureuse. J'avais déjà accepté cela quand j'avais 20 ans, quand mon père est mort d'un cancer. Mais toutes choses ensemble oui. J'avais des problèmes de travail, j'étais toujours fatigué, puis j'ai fait la folie d'être le réalisateur de Rai 3 qui était le rôle le moins adapté pour moi au monde. En plus je venais de chimio, je portais une perruque, je ne voulais pas parler de mes propres affaires. Quand j'ai réussi à démissionner et à retourner dans ma famille à Milan, je me suis également séparé. Toutes ces choses ensemble, c'était trop. C'est ce que j'appelle dans le livre "une période de guerre" ».

Comment TV Daria gère-t-elle le temps qui passe ?
« De ce point de vue, j'ai de la chance car j'ai ce visage de bébé. Vous pensez que quand j'étais plus jeune, c'était un problème à la télévision, je ne me sentais pas autoritaire. Avec l'âge, je pense que je me ressemble davantage. Quant à la beauté, il est vrai que nous avons tous cette insécurité. Par exemple, je ne me revois plus : je me trouve insupportable. J'ai l'impression d'avoir une voix de poulet. Mais si nous voulons être aussi mignons que possible, qu'est-ce qui ne va pas ? En novembre je me suis cassé un tendon, j'ai fait un mois en fauteuil roulant et 2 mois en béquilles, je fais toujours de la kiné maintenant. L'autre soir, pourtant, dans l'émission de Massimo Gramellini, j'ai pris des talons très hauts dans les coulisses. J'ai pris un risque, mais je n'avais pas envie de passer à la télé avec des chaussures plates ».

L'anxiété dont vous parliez à plusieurs reprises a-t-elle été supplantée par la mélancolie ? «Supplanté non, mais après en avoir écrit et fait une pièce de théâtre là-dessus, j'ai appris à le connaître et je suis moins anxieux. J'espère qu'il en sera de même avec la mélancolie, pour que quand elle viendra je sois capable de la prendre un peu moins au sérieux."

Outre les livres, y a-t-il des personnes qui ont changé votre vie ?
« Plus qu'une relation, en général, une rencontre occasionnelle, une phrase d'un inconnu dans un train, un e-mail d'un lecteur, ont changé ma vie. Ensuite, il y a des rencontres inoubliables. Comme celle de Valentino Bompiani que j'ai vu à 28 ans chez Umberto Eco et qui m'a dit : "Seules deux choses comptent : lis Shakespeare et ne fais que ce que tu aimes". Ou avec Lucia Annunziata qui à 30 ans m'a convaincue de faire de la télé. Ça ne m'a même pas traversé l'esprit… ».